Chat haret : ses spécificités

À tort, certaines personnes ont tendance à mettre dans une même catégorie le chat domestique, le chat féral (chat errant) et le chat haret. Ce dernier désigne un chat qui est retourné à l’état sauvage et vit exclusivement de gibier comme le précise la Cour de cassation française du 28 février 1989. Dans cet article, nous allons nous intéresser davantage au chat haret. Toutefois, nous aborderons les autres sous-espèces de chats afin de faire la comparaison. Parlons alors en plus amples détails du chat haret et de ses spécificités.

Qu’est-ce qu’un chat haret ?

Appartenant à la sous-espèce Felis silvestris catus, le chat haret est un chat qui a été domestiqué pendant un certain temps avant de retourner à l’état sauvage. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce changement de vie. Il y a la fuite du chat haret parce qu’il subissait continuellement des maltraitances dans le domicile de son maître. Ou bien, il a fugué puis, n’a plus été capable de revenir sur son chemin. Ou encore, il a tout simplement été abandonné par son maître.

Quelle qu’en soit la cause, le chat haret vit exclusivement dans la nature et totalement aux dépens de cette dernière. Pour survivre dans ce milieu parfois très hostile, il est obligé de chasser et vit exclusivement de gibier. Notons que le terme « haret » s’emploie uniquement chez le chat à la différence de « féral » qui regroupe des espèces d’animaux domestiques retournés à l’état sauvage. On parle alors de chevaux féraux, de chèvres féraux, etc.

Chat haret et chat sauvage : points communs et différences

Chat haret et chat sauvage ont en commun plusieurs points. Tout d’abord, tous les deux vivent au sein du même habitat qui est la forêt et ils se nourrissent exclusivement de gibier. Tous les deux sont également solitaires.

Comme le chat haret était un chat domestique, sa robe peut être très variée : blanc, comportant des tâches, marbrée ou encore unie. Ce sont les preuves qu’on a affaire à un chat domestique. Quant au chat sauvage, il n’a qu’un seul type de robe de motif tigrée grise et comportant des anneaux noirs au niveau de sa queue.

Puisqu’ils vivent tous les deux dans la forêt, ils peuvent s’y rencontrer puis s’accoupler. Il naît alors de cette union des hybrides qu’on peut à peine différencier s’ils présentent des robes au motif tigrées. Cependant, on peut envisager que les chats qu’on croise de jour dans la forêt soient des chats harets. En effet, les chats sauvages sont nocturnes de nature et se cachent pendant le jour.

Chat haret et chat errant : points communs et différences

Chat haret et chat errant ont en commun le fait qu’ils soient tous les deux des chats domestiques. Cependant, un chat errant peut devenir un chat haret à condition d’être très habile à la chasse en milieu forestier ou à proximité des champs et de se ménager pour rester en bonne santé.

Plusieurs points différencient les deux chats. Tout d’abord, le chat haret fuit l’homme et évite tout contact avec ce dernier tandis qu’un chat errant, plutôt de nature urbaine, vit au contact de l’homme. Ensuite, si le chat haret vit dépend de lui-même en chassant, un chat errant vit au dépens des activités de l’homme. En effet, il se nourrit de restes d’aliments jetés ou distribués par l’homme et ne fait pas de la chasse sa première source de nourriture.

Par ailleurs, le chat haret est solitaire ou vit au sein d’un petit groupe familial non stable alors que les chats errants vivent très souvent en communautés ou en formant des groupes familiaux. Ils élisent domicile dans des endroits où la nourriture abonde, cela peut être à proximité d’une poubelle, dans les parcs où ils sont sûrs d’être nourris par les passants, ou encore dans les gares ou près des hôpitaux.

Toujours à propos des chats errants, on peut les apprivoiser assez facilement. Les moins timorés d’entre eux s’approchent carrément de l’homme pour tenter de se faire adopter. Le bémol avec eux est qu’ils tombent malades très souvent.

Le chat haret est-il nuisible ?

chat haret

Qu’en dit la loi ?

Le monde de la chasse a considéré le chat haret comme animal nuisible, car il empiète sur son terrain. C’est pour cette raison qu’à partir de 1986, il a rejoint la liste des animaux nuisibles, et par conséquent chassable. Toutefois, suite à un retournement de situation, un arrêté interdisant sa chasse a été promulgué en 1987 et il ne fait plus partie de la liste des animaux nuisibles à partir de 1988.

Chat haret nuisible : pourquoi ?

La nature ne s’est pas encore suffisamment préparée pour accueillir un nouveau prédateur en son sein. C’est pour cette raison que le chat haret est accusé d’hyperprédation dans les zones écologiques qu’il colonise. Des études menées par des spécialistes ont montré que 14 % de la disparition globale d’espèces locales comme des oiseaux, des mammifères ou encore des reptiles sont dues aux activités de chasse des chats harets. De plus, lorsqu’ils chassent des proies qui consomment exclusivement des fruits, ils compromettent la dispersion naturelle des graines par l’élimination des défécations.

En outre, le chat haret est directement en concurrence avec le chat sauvage dans la chasse au gibier. Le croisement entre les deux sous-espèces engendre des hybrides qui menacent le patrimoine génétique du chat sauvage « Felis silvestris ».

Chats errants nuisibles : pourquoi ?

La nuisibilité du chat haret est tout à fait différente de celle des chats errants. En effet, comme ils défèquent un peu partout où bon leur semble, les chats errants provoquent des problèmes d’insalubrité dans les lieux publics humains. À part l’insalubrité, cela augmente considérablement le risque de transmission des parasites tels que le Toxoplasma Gondii dont les œufs sont présents en masse dans les excréments de chats.

Aussi, il ne faut pas oublier que les chats sont très bruyants durant les périodes de chaleur. Ils font des tapages nocturnes qui perturbent grandement la tranquillité du voisinage. En outre, comme il n’y a pas de moyens de les empêcher de procréer ou de contrôler leur naissance, ils peuvent se reproduire à chaque période de chaleur et augmenter ainsi de manière exponentielle le nombre de leur population.

Sébastien

Passionné par les animaux depuis ma tendre enfance, j'ai créé ce blog pour pouvoir partager mon expérience de vétérinaire au travers de différents articles sur les animaux. Ma femme et moi avons recueilli plusieurs chats et chiens dont nous prenons le plus grand soin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.