Coccidiose lapin : définition, symptômes et traitement

La coccidiose lapin est une maladie parasitaire très contagieuse. Provoquée par des parasites appelés coccidies, elle est susceptible d’affecter tous les lapins. Parlons de cette maladie que l’on appelle également « gros ventre » en donnant sa définition, ses symptômes ainsi que les traitements et les mesures de préventions adéquates pour éviter que votre lapin la contracte.

Définition de la coccidiose lapin

La coccidiose lapin est une maladie provoquée par des parasites appartenant au groupe des coccidies. On compte à peu près 25 espèces de coccidia qui, selon l’espèce, touchent le foie ou l’intestin et y provoque de sérieux dégâts. Cette maladie parasitaire est la plus fréquente chez les lapins. Les spécialistes ont remarqué que c’est lors des 3 semaines qui suivent le sevrage que les lapins sont plus susceptibles de la contracter. Il est à noter qu’on rencontre beaucoup plus de cas de coccidiose lapin dans les élevages intensifs que chez les lapins domestiques.

Cette maladie est surtout favorisée par un habitat impropre du lapin, autrement dit des cages sales, insalubres et mal entretenues. Elle survient également après que le lapin ait ingéré une nourriture en contact avec des matières fécales ou bien qu’il ait bu de l’eau mélangée à de l’urine. En effet, la transmission de la coccidiose du lapin se fait d’un lapin à l’autre moyennant l’ingestion de matières contaminées. Les parasites pénètrent dans l’organisme du lapin en étant transporté par la coccidie eimeria, un parasite protozoaire. Comme les matières fécales du lapin contaminé contiennent des œufs de coccidies, les autres lapins qui les ingérèrent sans le vouloir seront aussi contaminés.

Il faut faire très attention, car la coccidiose lapin est une maladie grave pouvant être fatale pour les jeunes lapins, surtout ceux qui viennent d’être sevrés. À titre préventif, il vaut mieux faire analyser les matières fécales des nouveaux individus ou des individus infectés avant de les introduire ou les réintroduire dans le groupe.

Deux types de coccidiose du lapin

On distingue deux catégories de coccidiose lapin, dont la coccidiose hépatique et la coccidiose intestinale.

La coccidiose hépatique

La forme hépatique de la coccidiose lapin est due à une infestation par un parasite appelé Eimeria stiedai. Elle peut affecter les lapins de tout âge. L’individu malade manifeste une apathie générale et une soif intense. On observe également une parésie du dos et des membres, et l’abdomen du lapin devient plus large. Lorsqu’on radiographie la partie du corps de l’animal au niveau de son foie, on constate une hypertrophie de celui-ci et de la vésicule biliaire. L’autopsie révèle que ces deux organes ainsi que le canal biliaire sont agrandis et dilatés. On observe des nodules blancs à la surface du foie. Généralement, les protozoaires sont concentrés dans le foie et les canaux biliaires.

La coccidiose intestinale

La forme intestinale de la coccidiose lapin est due à une infestation par un parasite appelé imeria perforans. Elle touche principalement les individus âgés de 6 semaines à 5 mois. Toutefois, elle peut survenir chez des lapins plus âgés. Ses symptômes sont la rugosité du poil, une perte inquiétante de poids et une diarrhée abondante qui survient 4 à 6 jours après l’infection. La mort de l’animal peut survenir dans les 24 heures si la perte de poids franchit le seuil des 20 %. Avant de mourir, l’animal convulse ou est atteint d’une paralysie. L’autopsie révèle d’importantes inflammations ainsi que des œdèmes au niveau de l’ilium et de jéjunum de l’intestin. Il arrive que l’on observe des ulcères de la muqueuse ainsi que des saignements.

causes coccidiose lapin

Diagnostic de la coccidiose lapin

Le diagnostic de la coccidiose lapin est fait par analyse des selles au microscope afin de déceler les parasites responsables de la maladie. Une fois le diagnostic confirmé, le vétérinaire qui est la seule personne autorisée à le faire, prescrira le traitement antiparasitaire adéquat.

Traitement de la coccidiose lapin

Comme traitement de la coccidiose lapin, le vétérinaire prescrit généralement un antibiotique à base de sulfamide. En ajout à cela, il recommandera certainement l’application des mesures indispensables que voici.

Il faut encourager le lapin à manger. S’il ne veut pas, il faut le contraindre. Pour ce faire, il est nécessaire de préparer de la bouillie et le faire avaler moyennant une seringue. Il doit en ingérer quotidiennement au moins 60 ml que l’on peut répartir en trois prises.

Veillez à ce que le lapin ait constamment de la nourriture et de l’eau fraîche à sa disposition. De cette manière, il peut s’alimenter seul quand l’appétit lui revient.

Enlevez ses selles de la cage aussi souvent qu’il est nécessaire et nettoyez régulièrement celle-ci afin d’éviter des récidives.

Il est très difficile aussi bien pour le lapin que pour le propriétaire, d’affronter cette maladie. C’est pour cette raison que le propriétaire doit faire preuve d’une grande vigilance et d’une attention toute particulière à l’égard de l’animal malade. Pour cela, il doit lui consacrer du temps et lui prodiguer tous les soins nécessaires à son rétablissement.

Traitement naturel de la coccidiose lapin

Avant d’appliquer un traitement, il faut tout d’abord obtenir l’aval du vétérinaire, la seule personne ayant suffisamment d’expérience et de connaissance dans le domaine. Dans tous les cas, les remèdes naturels seuls ne suffisent pas à traiter efficacement la coccidiose lapin, surtout si ce n’est pas le vétérinaire qui les a conseillés. En guise de traitement naturel contre la coccidiose lapin, on peut mettre du thym ou une petite quantité de fleurs de genêt à balais avec le fourrage du lapin.

Prévenir la coccidiose du lapin

Les lapins stressés ou en période de post-sevrage sont plus susceptibles d’être affectés par la coccidiose lapin. En effet, le sevrage provoque un changement soudain susceptible d’être mal-supporté par certains individus. Si les lapereaux sont affectés par la coccidiose, ce sera dans les trois semaines après le sevrage. Dans ce cas, la seule manière de prévenir la maladie est de faire prendre des antibiotiques à base de sulfamides aux mères. On le fait durant les trois jours avant le sevrage. Il est également important de toujours veiller à la propreté des cages et d’être très respectueux de l’hygiène dans l’habitat de l’animal.

Sébastien

Passionné par les animaux depuis ma tendre enfance, j'ai créé ce blog pour pouvoir partager mon expérience de vétérinaire au travers de différents articles sur les animaux. Ma femme et moi avons recueilli plusieurs chats et chiens dont nous prenons le plus grand soin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.