Sida du chat : définition, causes et comment le prévenir ?

Provoqué par le FIV ou « virus d’immunodéficience féline », le sida du chat est une maladie virale très dangereuse qui affaiblit son système immunitaire. Celui-ci devenant peu performant laisse la porte ouverte aux maladies qui peuvent finir, à défaut de prise en charge, par avoir raison de l’animal. Heureusement, pour nous, humains, cette pathologie ne se transmet pas de chat à humain, mais uniquement de chat à chat. Parlons dans cet article du sida du chat : qu’est-ce que c’est ? Quelles en sont les causes et les préventions qui s’imposent ?

Qu’est-ce que le sida du chat ?

Le sida du chat est une pathologie d’immunodéficience qui touche la race féline. Il est engendré par l’infection au virus d’immunodéficience féline ou FIV. Appartenant au groupe des rétrovirus, ce virus attaque et affaiblit le système immunitaire du félin, le rendant ainsi vulnérable aux éventuelles infections bactériennes et viral. Malheureusement, cette maladie est mortelle pour l’animal si elle n’est pas prise en charge convenablement.

Sida du chat : cause et mode de transmission

Présent dans le sang et la salive du félin, le virus du sida du chat se transmet d’un chat à l’autre le plus souvent via les morsures (lors d’une bagarre entre chats par exemple), mais aussi par le léchage (lorsque deux chats se lèchent entre eux). Cette maladie est surtout constatée chez les chats pouvant sortir librement du domicile de leur maitre.

Lorsqu’ils sont à l’extérieur, ils peuvent rencontrer des congénères porteurs du virus et le contracter. Les chats mâles non castrés ont plus de risque d’attraper cette maladie, car ils se disputent souvent le droit de s’accoupler avec les femelles ou ils se disputent de territoires avec d’autres chats mâles.

Au contraire, un chat cloitré dans l’appartement de son maitre est protégé contre cette maladie. Notons également qu’à la différence de chez l’humain avec le VIH, l’acte de reproduction ne figure pas parmi les moyens de transmission de cette maladie chez les félins.

Plus rarement, le virus peut se transmettre via un bac à litière qui n’est pas assez entretenu. Il convient ainsi de toujours garder la propreté du bac à litière de votre chat si vous tenez à lui.

Comment se manifestent les symptômes du sida du chat ?

Le sida du chat est une pathologie immunodépressive. Cela signifie que le virus s’attaque aux globules blancs. Ce sont en quelque sorte les soldats assurant la défense de l’organisme. Neutralisant le système immunitaire du félin, le virus FIV facilite l’action d’autres agents pathogènes qui profitent de l’état de faiblesse de l’organisme du chat. Ainsi, même un simple virus ou bactérie contre lequel le chat devrait se prémunir sans la moindre difficulté peut sérieusement l’affecter s’il est atteint du sida du chat.

Dans la plupart des cas, un chat séropositif ne manifestera pas immédiatement les signes. C’est pour cette raison qu’il est difficile pour un propriétaire de savoir que son chat est atteint de cette maladie dangereuse. Il peut passer un long moment, voire des années, sans que le chat présente le moindre symptôme. Puis, il y aura un moment ou des signes de la maladie se manifestent, affaiblissant le félin.

Comme les symptômes d’une infection à la FIV sont ceux d’une défaillance du système immunitaire, ils peuvent ne pas tous se manifester. Ces symptômes sont les suivants :

  •  élévation de la température du corps,
  • amaigrissement important, infections buccales (stomatites) et infection des gencives (gingivites),
  • pelage terne,
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques,
  • pathologie intestinale, cutanée, oculaire ou respiratoire récurrentes, et des maladies neurologiques chez les chats dont le cerveau est atteint.

Quels sont les traitements du sida du chat ?

causes sida du chat

Aidez-vous des symptômes cités précédemment pour repérer le sida du chat. Dès lors que vous voyez l’un d’eux apparaitre, parlez-en tout de suite au vétérinaire. Pour l’heure, les spécialistes de la santé animale n’ont pas encore trouvé de remèdes curatifs à cette maladie. Heureusement qu’on peut aider un chat séropositif à continuer à vivre normalement. Pour cela, il faut autant que possible repousser les agents pathogènes loin de lui. Autrement dit, il faut le protéger de tous risques de contracter des infections.

Il est ainsi recommandé de stériliser le chat. Il faut également limiter, voire interdire les sorties. De cette manière, il ne sera pas exposé aux agents pathogènes à l’extérieur et il ne pourra pas transmettre le virus à ses congénères.

Il est également conseillé de faire vacciner ou de mettre à jour les vaccins du chat. Les indispensables comme les traitements antipuce, antiparasitaires et vermifuges doivent également être faites régulièrement. À cela s’ajoute le maintien d’une hygiène irréprochable de son environnement.

Notons que chez le chat comme chez l’humain, une bonne alimentation est le garant d’une bonne santé. De ce fait, il faut veiller à ce que le chat soit alimenté avec de la nourriture saine, humide et renfermant beaucoup de calories. Ainsi, il aura beaucoup plus d’énergie, ce qui permet à l’ensemble de son système immunitaire de se mettre à niveau, malgré sa faiblesse, de repousser au mieux les agents pathogènes envahisseurs.

Dans certains cas, le vétérinaire peut prescrire des traitements antibiotiques. Pour soulager les douleurs et les inflammations, l’utilisation d’antiinflammatoires peut être envisagée. C’est le cas lorsque le chat présente une stomatite ou une gingivite.

Par ailleurs, il faut savoir que les recherches ont permis de déterminer que certains traitements appliqués chez les humains contre le SIDA sont aussi efficaces chez nos amis les félins. Toutefois, ils sont trop couteux pour être appliqués chez les chats.

Comment prévenir le sida du chat ?

Pour l’heure, les chercheurs sont toujours à la recherche d’un vaccin contre le sida du chat. De ce fait, la prévention contre cette maladie doit se faire autrement. La stérilisation est le moyen le plus sûr de protéger le chat. Il faut également l’empêcher dans la mesure du possible, de se bagarrer avec ses congénères et il faut limiter les contacts avec ces derniers. Pour cela, il convient de ne pas permettre les sorties nocturnes et de limiter les sorties pendant la journée.

Enfin, il est conseillé de faire examiner le chat régulièrement par le vétérinaire. Plus tôt sera diagnostiqué la maladie, plus facile et plus efficace sera son traitement.

Sébastien

Passionné par les animaux depuis ma tendre enfance, j'ai créé ce blog pour pouvoir partager mon expérience de vétérinaire au travers de différents articles sur les animaux. Ma femme et moi avons recueilli plusieurs chats et chiens dont nous prenons le plus grand soin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.